Portrait d'épicerie : Vrak & Bokaux

img

Imaginez. Une belle journée d’hiver, vous découvrez la Sologne. Entre forêts, étangs et rivières, vous voici en Loir-et-Cher, accueilli par la salamandre de son blason. 🦎 Au détour d’un chemin, vous croisez la Sauldre qui s’écoule paisiblement : vous approchez de Romorantin-Lanthenay. Vous entrez dans le cœur de ville, et demandez votre chemin à un aimable Loir-et-Chérien (si si, on dit comme ça). On vous l’a dit, une épicerie zéro déchet a ouvert ses portes dans l’hyper-centre de la commune de 18 000 habitants ! Encore quelques pas, et vous y êtes : Vrak & Bokaux, dit l’enseigne. Poussons la porte.

La sauldre

Karine, votre épicière

 

Quand on entre chez Vrak & Bokaux, c’est Karine qui nous accueille. Elle est seule à la boutique, même si elle a de temps en temps une stagiaire qui lui fait gagner un temps précieux. 

Karine, elle n’est pas d’ici. Originaire de Clermont-Ferrand, c’est l’amour qui l’a attirée à Romorantin, presque 300 kilomètres plus au nord. À Clermont, Karine était responsable administrative dans un accueil de jour qui s’occupe de personnes précaires et sans domicile fixe. 

En arrivant dans la ville de résidence favorite de Louise de Savoie (la maman de François Ier, excusez du peu…♛), Karine a pris le temps de réfléchir, de découvrir ce qu’elle appelle “la campagne”. Une réflexion qui rapidement l’oriente vers le bio, le bien-être, le zéro déchet. Elle lit beaucoup sur ces sujets, pour elle, d’abord. C’est alors qu’elle envisage de mettre sa nouvelle expertise au service de ses concitoyens, puisqu’il n’y a à ce moment-là pas d’épicerie à Romorantin. D’ailleurs, si vous passez chez Vrak & Bokaux, Karine vous donnera son avis sur les produits : elle les teste presque tous, et vous fait son retour franc et honnête ! Ses clients apprécient, et la boutique a d’ailleurs reçu un accueil chaleureux dans la bourgade. 

Entre l’idée et l’ouverture, Karine a connu quelques déboires… D’abord, on lui a dit qu’elle ne pourrait rien faire sans apport personnel, alors elle est allée trouver un club d’investisseurs qui se sont associés avec elle, preuve que son projet tenait la route. Elle a aussi monté une cagnotte en ligne, et à force de courage et de persévérance, Vrak & Bokaux est finalement né !

Karine Moualek

Vrak & Bokaux, un lieu d’humanité

Après nombre de difficultés, l’épicerie a finalement pu ouvrir ses portes ! Le 7 mars 2020, voici donc le rideau levé sur ce joli projet. Les plus précis d’entre vous l’auront noté : le 17, la France était confinée. Karine a préféré voir le verre à moitié plein : plus facile de s’adapter quand on n’a pas encore eu le temps de prendre des habitudes ! Et elle a même trouvé qu’il avait été plus évident de se créer dès le début une clientèle d’habitués dans ces conditions particulières.

Chez Karine, on trouve toute l’épicerie sèche, mais aussi des cosmétiques et des produits ménagers, le tout bien sûr dans une optique zéro déchet. Ici les relations sont plus qu’un simple contact professionnel : on s’appelle par son prénom, on se tutoie même parfois, l’ambiance est décontractée. L’épicière vous conseille, et c’est la partie du métier qu’elle préfère ! Elle ne l’aurait pas forcément parié pourtant : Karine a fait, dans une autre vie, un BEP/CAP dans la vente, mais à l’époque, elle avait saturé de ce type de contacts... C’est alors qu’elle était passée au secrétariat. 

Mais cette fois-ci, ce n'est pas du tout le même type de clientèle, “et puis c’est moi la boss”, dit-elle un sourire dans la voix. 

On ne va pas vous mentir, on a aussi demandé à Karine quelle était la partie du job qui lui plaisait le moins… Aucune, a-t-elle répondu sans hésiter ! Elle aime la partie relationnelle, la partie administrative ne la dérange pas, et puis elle sait faire. Une épicière heureuse, donc !

Nul doute que les clients le sentent et en bénéficient. D’ailleurs, ils ont déjà leur petite préférence : ils craquent pour les amandes grillées. Pas la peine d’essayer de les remplacer : c’est celles-là et rien d’autre ! 

Karine va prochainement élargir son rayon thé, cafés, épices, car elle sent qu’il y a de la demande. Avant, il y avait un magasin de thés et cafés pas loin d’ici, mais il a disparu.  

D’autres projets sont aussi en mouvement pour cette année 2021 : notre épicière multicarte a commencé une formation de phytothérapie ! En effet, elle souhaite développer le rayon herboristerie, et pour rester dans la veine qui la caractérise, elle veut pouvoir conseiller ses clients au mieux.

Bel engagement ! 👏

Devanture Vrak et Bokaux
 

Karine et WeBulk

Un jour, Karine reçoit un message. Une voix au doux accent irlandais lui parle de “Webulk”, une plateforme qui pourrait l’intéresser (nos plus fidèles vracolytes auront reconnu Brian, qui forme avec Sophie le duo de choc affairé au quotidien à prendre soin de nos marchands et de nos épiciers). 

Curieuse, Karine explore le site WeBulk.bio et y voit tout de suite un intérêt ! En effet, si elle n’a aucun mal à trouver des fournisseurs, elle a en revanche des difficultés à faire avec les francos de chacun, qui l’obligent à faire des commandes conséquentes. Puisque Karine travaille avec près d’une trentaine de fournisseurs, ce sont autant de grosses commandes et chez Vrak & Bokaux il n’y a pas l’espace pour tout stocker… 

 

Rayon Vrak et Bakaux
 

Le critère n°1 pour Karine pour choisir ses fournisseurs, c’est le bio (elle n’a pas encore la certification mais en a fait la demande). Alors sur WeBulk.bio elle est comme un poisson dans l’eau ! Elle tente le coup et passe commande le jeudi matin. Vendredi matin, elle reçoit sa commande multi-fournisseurs. “Vous êtes pas chers et en plus vous êtes rapides!” (on ne vous le cache pas, ça nous a fait un peu plaisir… 😍)

Karine nous a confié qu’elle trouve WeBulk si pratique qu’elle envisage de faire une commande au moins toutes les deux semaines. Les points forts selon elle ? 

  • la rapidité
  • l’efficacité
  • “je trouve ce que je veux”

 

On a aussi demandé à Karine quels pouvaient être nos axes d’améliorations. On ne voudrait surtout pas se vanter, mais elle a réfléchi quelques instants, et puis elle a dit “non, WeBulk est bien là tout de suite!” Alors quand elle a continué en disant “le site est simple, facile d’utilisation, les gens sont sympas"... autant vous dire que chacun a fait sa petite danse de la joie à son bureau de télétravail !

Merci Karine, c’est pour ce genre de lien à tisser avec vous que notre équipe s’engage au quotidien.

Le zéro déchet

 

Même si les clients qui fréquentent l’épicerie sont majoritairement déjà sensibilisés au bio, au vrac, au local, Karine regrette qu’ils oublient encore trop souvent leurs contenants. Elle leur fournit des sacs en kraft, mais elle préfèrerait s’en passer, bien sûr. Le réflexe prend un peu de temps à s’ancrer, comment souvent quand il faut changer ses habitudes, mais c’est aussi grâce à ce type de commerce qu’on y arrivera, ensemble ! 

Karine regrette aussi que certains fournisseurs livrent dans des sacs plastiques alors que, selon elle, cela pourrait être fait dans des sacs en papier. 

Chez WeBulk, c’est aussi une chose à laquelle nous sommes très sensibles, bien sûr, et c’est pourquoi nous travaillons sur la supply chain zéro déchet. Mais en attendant sa mise en place, nous réfléchissons également à la manière de générer moins de déchets lors de nos livraisons tout en préservant la bonne conservation des produits et la sécurité des envois. Le fait d’avoir une seule livraison pour plusieurs fournisseurs est déjà un début de réponse (et cela limite aussi les kilomètres) mais nous avons également demandé à notre partenaire FM Logistic de retirer systématiquement la bâche plastique qui était posée sur les box en carton pour chacune des commandes. Un pas après l’autre !

 

Le mot de la fin de Karine à destination de la communauté du vrac ? “Pensez aux petites tortues, limitez le plastique !”

Vitrine Vrak et bokaux

Vous l’avez compris, passage obligé chez Vrak & Bokaux la prochaine fois que votre chemin vous conduira près de “Romo” !

 

Suivez les dernières nouvelles de la communauté vrac !