Naissance de WeBulk

img

C’est la première Saint-Sylvestre pour WeBulk ! 🥳 Les fins d’année sont souvent propices à un petit bilan, mais nous avons plutôt eu envie de vous raconter comment WeBulk est né.

 

Comme pour toutes les venues au monde, la naissance de WeBulk c’est d’abord l’histoire d’une rencontre. 🤝 Celle d’Ulterïa et Jean Bouteille, deux entreprises engagées dans le monde du vrac, l’une du côté de l’alimentaire sec et l’autre du côté des liquides.

Allez, présentation des personnages. 

 

Ulterïa 

Nous vous avons déjà raconté comment Ulterïa était né. On ne va pas tout vous redire ici (il y a cet article, pour ceux qui voudraient réviser), mais rappelez-vous : deux amis entrepreneurs sont à l’origine de l’écosystème : Alexis Nollet et Sébastien Becker. C’est Sébastien qui est notre protagoniste du jour. 

 

Alexis Nollet et Sébastien Becker

Avec Bulk&Co notamment, Ulterïa a déjà depuis quelques années une place de choix dans le marché du vrac. En effet, Bulk&Co c'est :

- un équipementier qui propose des solutions vrac au réseau bio spécialisé et aux épiceries indépendantes

- un concepteur dont les dernières innovations sont le Spicoj, un distributeur à herbes ou à épices, et le silo bois-verre

- un créateur d'expérience vrac, avec son concept "clé en main" (contenant, contenu et services)

 

Chez  Ulterïa, il y a une croyance forte :  le mouvement du zéro déchet participe fortement à la transition écologique. Par cet acte d’achat sans emballage, le citoyen s’en s’empare ! Il devient le colibri de la légende bien connue maintenant. 🐣 Il n’est plus seulement observateur d’un monde qui s’écroule, mais devient acteur du changement par son mode de consommation.

De nombreux métiers existent déjà dans Ulterïa pour favoriser la vente en vrac. 

Sébastien, en contact régulier avec des épiceries indépendantes, réalise qu’il est pour autant difficile de trouver le modèle pour les fournir. 

Les équipes Ulterïa

Jean Bouteille

Voici notre deuxième personnage d’aujourd’hui. Au risque de vous surprendre, Jean Bouteille n’est pas le nom du fondateur ! 🍾Celui-ci s’appelle en réalité Gérard, et on vous le présente.

Gérard Bellet

Gérard Bellet fonde la marque Jean Bouteille en 2014, cherchant à proposer une solution pour réduire les déchets liés à la consommation quotidienne de produits liquides. En effet, on pourrait se dire que le verre est recyclable, alors ça va. Mais ça serait oublier que le recyclage du verre est très énergivore (eau, transports, matières premières non-renouvelables…) Gérard a donc l’idée d’associer des fontaines de vrac liquide et des bouteilles consignées réutilisables. Voilà la marque lancée pour offrir des huiles, vins, vinaigres, jus de fruits, sirops et alcools forts, mais aussi des liquides non-alimentaires (shampoings et gels douche, lessive liquide, liquide vaisselle et savon noir). Une fontaine à bière a également vu le jour (normal, pour une société basée à Lille !). Et pour accompagner les frites, on trouve au choix ketchup, moutarde ou mayonnaise. 

Jean Bouteille, maintenant une équipe de plus de trente personnes,  sélectionne des produits issus de l’agriculture biologique. La société développe sa gamme mais aussi ses propositions innovantes pour le service en magasin, comme le système Gravity.

 

Jean Bouteille

L’idée WeBulk

Vous l’aurez compris, beaucoup de valeurs rapprochent Sébastien et Gérard. Ils se connaissent déjà bien, et en tant que spécialistes l’un du vrac sec et l’autre du vrac liquide, ils explorent différentes pistes pour aider ensemble le monde du zéro déchet.

 

OBSERVATION DU MONDE DE LA BIO 

En effet, nos deux comparses font un constat optimiste et déçu à la fois en observant le monde de la bio : le mouvement a émergé par des militants convaincus. Comprenez des indépendants, des volontés individuelles ou des regroupements d’agriculteurs ou de consommateurs. Pourtant, on observe que ce marché perd peu à peu de son militantisme.

“C’est beau, parce que le mouvement de la bio a réussi à devenir un marché de masse, et en même temps c’est triste de voir qu'il est difficile pour un magasin bio de rester indépendant” se disent les deux acolytes.

 

COMMENT ÉVITER CET ÉCUEIL ?

Gérard et Sébastien se retrouvent autour d’une bonne bière, à consommer avec modération mais en vrac tout de même. 🍻

On l’a compris, ils adorent les magasins zéro déchet ! 💙

“Ce sont des commerces géniaux qui ont des valeurs : on sent que ce mouvement, qui réhabilite les épiceries de centre-ville ou de centre-bourg, est pionnier et va entraîner plein de choses avec lui ! Ce petit réseau contribue très fort à l’émergence d’un mouvement bien plus ample.”

Pour le favoriser, ils réalisent que la solution pourrait être d’industrialiser toute la supply chain qui fournit les épiceries vrac. Ainsi en traitant vraiment la question du zéro déchet sur toute la chaîne de valeur, on peut permettre à des magasins indépendants de le rester, et d'être compétitifs.

Un entre-deux vertueux, la voilà la solution ! L’idée d’une marketplace pointe son nez…

 

Ulterïa et Jean Bouteille

NAISSANCE DE WEBULK

Et voici donc la naissance de WeBulk, avec toutes les bonnes fées du vrac penchées sur son berceau !👶 Les parents sont ravis et tout le monde se porte bien. Les faire-part sont envoyés, une équipe réunie, les premiers marchands nous rejoignent et les premières épiceries se lancent dans leurs commandes multi-fournisseurs.

Septembre 2020, lancement officiel au Salon du Vrac, un trophée pour couronner l'enfant... c'est vraiment parti !

 

C’EST ÇA WEBULK !

Une marketplace qui met ces commerçants en relation avec des petits producteurs locaux, des belles marques de la bio françaises, des fournisseurs engagés. 

Une opportunité de mettre en relation ces indépendants et ces marques pour leur permettre d’avoir la même infrastructure que des “gros”. 

Une manière de faire perdurer le mouvement des magasins zéro déchet avec ces producteurs en industrialisant cette supply chain zéro déchet grâce à la digitalisation. 

 

WeBulk est aujourd’hui en pleine croissance, apprenant chaque jour de nouvelles choses grâce à ses camarades de jeux de la communauté du vrac. 📈

 

Nos bonnes résolutions 2021

Pour rester dans la tradition, nous avons décidé de prendre quelques bonnes résolutions pour 2021 : 

  • continuer de faciliter la vie des épiceries de toutes nos forces
  • découvrir de nouveaux marchands et leurs produits engagés et fabriqués avec amour
  • contribuer de notre mieux à fédérer les acteurs de la communauté du vrac
  • tester, mettre en place, améliorer et étendre la supply chain zéro déchet

 

Et vous, quelles sont vos résolutions pour 2021 ? 🏹

 

Le colibri

🤶 En guise de conte des fêtes, quittons-nous avec la légende amérindienne du colibri, racontée par Pierre Rabhi, le fondateur du mouvement Colibris - Faire sa part.

 

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! "

Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."



Alors, prêts pour faire votre part avec nous en 2021 ? 

Suivez les dernières nouvelles de la communauté vrac !