Comment financer son projet vrac ?

img

Se lancer dans un projet autour du vrac peut effrayer. La motivation et l’enthousiasme sont d’excellents moteurs, mais il faut aussi être pragmatique et savoir à quoi on va être confronté, pour ne pas s’épuiser et se perdre en route. 

À l’occasion de la deuxième édition de Tous Au Vrac, intéressons-nous à ce qui reste, malheureusement peut-être, le nerf de la guerre : comment financer son projet vrac ? 💲

Tous Au Vrac, c’est quoi ?

LES ORGANISATEURS

 

Tous Au Vrac est le bébé de deux entités : 

  • Réseau Vrac, l’association interprofessionnelle qui oeuvre pour le développement de la vente en vrac
  • MiiMOSA, la plateforme de financement participatif exclusivement dédiée à l’agriculture et à l’alimentation. 

 

Une première édition a eu lieu en 2020, avec 71 projets vrac financés et c’est reparti cette année avec un nouveau site internet rélisé par À demain, l’agence de design d’Ulterïa : Tous Au Vrac. 👏

 

Financer son projet vrac Tous au Vrac

Pour cette deuxième édition, on garde les fondamentaux : un appel à projets  qui vise à aller plus loin dans le développement du vrac et la réduction des déchets en France et en Belgique. Pour ce faire, des acteurs engagés et pionniers du secteur s’associent pour soutenir l’émergence d’un mode de distribution circulaire, durable et responsable mais aussi pour faire bénéficier les porteurs de projet de leur expertise dans le secteur :

 

 

Ainsi, les porteurs de projet profitent du financement participatif grâce à MiiMOSA, tout en entrant pleinement dans le réseau et la communauté du vrac.

À la fin de l’opération le 1er novembre, des coups de cœur et un lauréat seront désignés. 

 

Financer son projet Vrac Dotations Webulk
 

LES DOTATIONS WEBULK

Des dotations sont prévues pour les porteurs de projets. Par exemple, WeBulk offrira : 

🌎 pour tous les participants : 2x 25 € à valoir sur toute commande supérieure ou égale à 1 000 €

🌍 pour les lauréats hors coup de cœur : 6 x 50 € à valoir sur toute commande supérieure ou égale à 1 000 €

🌏 pour le lauréat coup de cœur : 9 x 50 €  à valoir sur toute commande supérieure  ou égale 1 000 €

 

Financer son projet vrac

LES GRANDES ÉTAPES

La création d’une épicerie vrac, mais aussi d’un e-commerce, d’une épicerie ambulante ou d’un drive, passe par plusieurs étapes : 

 

✔️étude de marché : elle sert à comprendre les besoins des clients et identifier un potentiel de vente

✔️élaboration du business plan : en se basant sur les devis de fournisseurs et sur les charges fixes, il présente la valeur ajoutée de l’entreprise et permet de savoir quelles actions mettre en oeuvre pour atteindre la rentabilité

✔️recherche de financements : apport personnel, subventions, banques… il s’agit de trouver l’argent pour lancer le projet

✔️recherche de local : petit ou grand, en centre-ville ou avec un grand parking… il doit être adapté aux activités prévues

✔️campagne de financement participatif : c’est à ce moment-là qu’on sollicite la communauté pour aider à la finalisation du projet

✔️ouverture ! Le moment tant attendu… 🥳

 

Financer son projet vrac L'équipe miimosa

L’ACCOMPAGNEMENT MIIMOSA

💬 Nous avons questionné Lauriane Broustaut : elle est la chef de projet spécialiste de la thématique du vrac chez MiiMOSA.

 

Quel accompagnement proposez-vous aux porteurs de projet vrac pour leur campagne de financement participatif ? 

 

“ Chez MiiMOSA, nous avons à cœur d'accompagner au plus proche nos porteurs de projet.

Ainsi, chacun d'eux a un interlocuteur dédié qui l'accompagne de A à Z. Le coach projet MiiMOSA est là pour aider à la préparation de la collecte (contreparties, rédaction, communication...) mais aussi pendant celle-ci afin de suivre ses évolutions.

Plus spécifiquement pour le vrac, nous avons deux coachs dédiés qui accompagnent tous les projets qui se financent sur MiiMOSA. Nous pouvons donc partager nos retours d'expérience et nos bonnes pratiques grâce aux plus de 200 projets que nous avons financés.”

 

Quel conseil donneriez-vous à un porteur de projet pour financer au mieux son projet ? 

 

“Tout d'abord il est essentiel de lancer la collecte au bon moment dans son projet : à la fois quand il est suffisamment avancé (quand le local est trouvé notamment) mais aussi quand le porteur de projet a vraiment le temps de s'y consacrer : une collecte réussie est toujours menée par un porteur de projet investi et disponible.

Ensuite, il est important de soigner sa rédaction, ses visuels et ses contreparties pour donner envie !

 

Enfin le nerf de la guerre reste la communication faite autour de la collecte, c'est l'occasion parfaite pour faire parler de son ouverture.”

Financer son projet vrac Lauriane

Témoignage

Financer son projet vrac est bel et bien une aventure ! 71 projets ont été soutenus grâce à MiiMOSA et Tous Au Vrac l’année dernière. Parmi eux, Drôles de BaudCo, une épicerie sans emballages à Baud dans le Morbihan. Retour sur l’expérience avec la gérante, Aurélie Le Gargasson. 🗯

 

UNE FEMME, UN PROJET

Racontez-nous la naissance de votre projet vrac :

 

“J’ai 42 ans et je suis mariée, j’ai deux ados. Après vingt ans passés à travailler en pharmacie, j’ai souhaité créer mon entreprise dans un domaine qui me tient à cœur : la gestion des déchets. En effet, j’aime courir et nager en mer, mais pendant ces activités je n’ai pu que constater les quantités de déchets qui polluent notre belle nature. C’est pour cela que je me suis lancée dans cette aventure.

Après environ 18 mois de travail, j’ai ouvert mon épicerie Drôles de BaudCo le 22 décembre 2020. On y trouve de l’alimentation (produits secs), de l’hygiène, des produits d’entretien et des accessoires zéro déchet. Tout ce qu’il faut pour limiter ses déchets !”

 

Comment avez-vous connu l’appel à projet Tous Au Vrac ? 

 

“Au début de mon projet je me suis inscrite à l’association Réseau Vrac afin d’avoir des renseignements sur la vente en vrac. Je me suis rendue au salon du vrac à Paris et c’est à cette occasion que j’ai pu rencontrer une personne de Miimosa. L’idée du financement participatif m’a semblé intéressante surtout au niveau communication.”

 

Quels financements aviez-vous déjà réuni avant le financement participatif ?

 

“Pour mon projet j’ai été suivie par la chambre de commerce. J’ai obtenu un prêt à 0 % avec Bretagne Active et Initiative Pays de Pontivy. J’ai également fait un prêt à la Banque Populaire Grand Ouest pour compléter mes besoins.

 

Le financement participatif était pour moi un plus et surtout une manière de communiquer autour de mon projet.”

 

Financer son projet vrac Aurélie
 

TOUS AU VRAC POUR FINANCER SON PROJET VRAC

Comment avez-vous été accompagnée par Miimosa pour la création de la campagne de financement participatif ?

 

“J’ai eu ma coach, Juliette, au téléphone qui m’a présenté plusieurs projets un peu similaires dont le financement participatif était fini. J’ai commencé ma rédaction en m’appuyant sur ces projets. J’ai envoyé le projet à Juliette et elle m’a aiguillée sur certains points avant qu’il ne soit publié.”

 

Comment avez-vous fixé votre objectif sur Miimosa ?

 

“J'avais besoin d’un évier en inox et d’une robinetterie adéquate. J’ai donc calculé le prix et j' ai rajouté quelques silos. Le montant de 3000€ m‘a paru raisonnable et accessible.”

 

Qu’avez-vous mis en place pour communiquer autour de cette campagne ?

 

“J’ai partagé sur Facebook surtout. J’en ai beaucoup parlé autour de moi et j’ai aussi envoyé des mails à tous mes contacts.”

 

Comment avez-vous vécu les différentes phases de la campagne ?

 

“Au démarrage il y a eu mes amis et ma famille, ensuite il y a eu un creux, comme ça se produit souvent. Juliette m’a appelée à chaque stade de la campagne pour me conseiller. Quand j’ai vu que même des gens que je ne connaissais pas participaient, je me suis senti soutenue. Et ça m’a encore plus motivée à aller jusqu’au bout de mon projet. J’ai atteint l’objectif vraiment dans les derniers jours, un vrai suspense !”

 

Quels ont été les résultats ?

 

“Il faut atteindre 60% de l’objectif pour que le projet soit financé, et que les fonds soient versés ; en-dessous, les contributeurs sont remboursés. J’ai atteint 75% et reçu 2260 €. J’ai effectivement pu acheter une cuve en inox avec robinetterie et quelques silos.”

 

Que vous a apporté le financement participatif ?

 

“La communication a été importante sur les réseaux sociaux et dans les journaux locaux. Et surtout j’ai adoré remercier les personnes qui m’ont suivi dans l’aventure en participant à la cagnotte. J’étais ravie de leur offrir leur contrepartie ! Pourtant, beaucoup m’ont dit qu’ils avaient participé pour m’encourager et non pour la contrepartie.”

 

Avez-vous une recommandation à faire à quelqu’un qui hésite à se lancer ? 

 

“Au-delà du côté financier, pour moi l’aventure Tous Au Vrac a surtout été utile pour la communication. Donc même si l’objectif n’est pas atteint, cela reste un vrai plus !"

 

Financer son projet vrac Drôles de BaudCo

Merci Lauriane et Aurélie pour ces témoignages. 

À ceux qui y pensent mais n’osent pas franchir le pas, voici encore quelques conseils : 

 

  • si possible, implantez-vous dans une région qui n’est pas trop couverte : les projets vrac, commerces de proximité, se multiplient et c’est formidable, mais autant viser un lieu qui n’en a pas encore
  • réfléchissez-bien le projet en amont : ne vous précipitez pas, mesurez toutes les implications, listez les pour et les contre
  • entourez-vous ! La communauté du vrac est de plus en plus grande, trouvez des épiciers qui pourront vous aider. Il existe notamment des groupes Facebook qui sont des mines d’informations de la part de ceux qui sont déjà à l’ouvrage 
  • misez sur Réseau Vrac : toute formation effectuée grâce à leurs équipes pourra être bénéfique
  • définissez bien vos objectifs et vos engagements, ce qui vous tient le plus à coeur, pour ne pas vous perdre en cours de route

 

Vous savez mieux maintenant comment financer son projet vrac, alors... bonne route sur le joli chemin du zéro déchet !

Suivez les dernières nouvelles de la communauté vrac !